Archéologie

Histoire : Les champions de la conservation en Europe en 2017

La Commission européenne et Europe Nostra ont dévoilé la liste des gagnants du Prix de l’Union européenne pour l’héritage culturel / Prix Europe Nostra 2017. Sur 202 candidatures provenant de 39 pays, 29 gagnants ont été sélectionnés. Voici les coups de coeur de Buzz Europa :

Conservation

  • La Chapelle Saint Martin de Stari Brod – (Croatie) : La Chapelle Saint Martin a été sauvée de l’effondrement par un projet de restauration visant à rénover son intérieur unique en Croatie. Ce projet, mené avec les habitans de la région, le rend exceptionnel et atypique.
  • Jardin et Complexe Baroque de Kusk (République Tchèque) : Restauration complète d’un complexe hospitalier baroque et de son grand jardin, alors en très mauvaise état. Il est un exemple unique de restauration à grande échelle d’un ensemble intérieur-extérieur.
  • Ancienne Cité de Karthaia (Île de Kea, Grèce) : Ce complexe du cinquième siècle avant Jésus Christ illustre à la perfection l’ancienne harmonie entre nature et structure humaine. Il permet d’imaginer le paysage de la Grèce classique.
  • Bastion du Palais du Grand Maitre de l’Ordre (Rhodes, Grèce) : Ce projet de dix ans a été fait en réponse à la menace d’effondrement de l’ensemble palatial. Cette conservation a pemris de sauver un des centres de l’histoire européenne en mediterraée.
  • La Pyramide Blanche de Rome (Italie) : Cette pyramide de la ville de Rome a été lourdement dégradée par son milieu actuel à cause de la pollution et des pluies acides. Mais aujourd’hui grâce à la générosité d’un donateur japonais, son marbre ancien resplendit à nouveau.
  • La Route du Roi (Norvège) : Cette antique route a été renovée grâce à l’aide de sherpas népalais et d’experts allemands dans le bâtiment. C’est un des plus grands projets de restauration en Europe du Nord à ce jour.
  • La Tour des Clercs (Porto, Portugal) : Cet ensemble religieux baroque n’était plus visitable car dangereux pour les touristes. Grâce à ce projet complet de restauration de l’ensemble de l’église, des bâtiments, des sculptures, et des livres ont pu être sauvés.
  • Le Palais Culturel (Blaj, Roumanie) : Cet ultime dernier bâtiment culturel de Blaj a bien failli être définitivement détruit, car insalubre depuis 1995 suite à un incendie. Le jury a particulièrement apprécié la prise en compte de l’ancienne architecture dans le projet proposé.
  • Forteresse du Cap Rocat (Baléars, Espagne) : Ce projet de quinze ans a permis à cette forteresse très endomagée depuis 1940 de devenir un hôtel d’exception. La renovation se distngue par sa réutilisation des instalations militaires à des fins touristiques.
  • Toit des ruines du Monastère de Saint Jean (Burgos, Espagne) : C’est grâce aux fonds européens que ces ruines du monastère ont pu être surmontées d’un toit. Cette nouvelle structure ne detèriorent en rien les anciennes ruines, le jury a décidé de le faire concourir.
  • Cromford Mills Bâtiment 17 (Derbyshire, Royaume-Uni) : Ce bâtiment classé au patrimoine mondial de l’UNESCO a été renové par des volontaires. Ce projet a permis de réhabiliter cette structure au sein d’un complexe bien plus vaste. C’est aujourd’hui un musée dynamique du Derbyshire.
  • Hamam Kilic Ali Pacha (Istanbul, Turquie) : Ce Hamam mediéval ottoman a connu de nombreuses attaques dues au temps et tremblements de terre. Il a été rénové grâce au concours d’experts, historiens et architectes usant des techniques les plus modernes, comme l’imagerie 3D.

Recherches

  • Retable de Rode (Tallinn, Estonie) : Ce projet complexe a permis de sauvegarder cet héritage mediéval de Tallinn. Il a permis d’analyser en profondeur un Retable remarquable via un travail remarqué par la Commission.
  • Le Roi Carnaval d’Europe (Saint Michel d’all’Adige, Italie) : Ce projet a permis de mettre en avant les similarités entre de nombreux carnavales à travers l’Europe, permettant ainsi un rapprochement des peuples et des cultures.
  • Musée Piranesi – (Milan, Italie) : Ce projet pharaonique de vingt ans a permis de mettre en avant l’influence de Piranesi dans l’histoire de l’art. Il a porté sur plus 43 pays européens et a rassemblé 269 pièces.
  • Projet de Recherche et de Conservation Bosch (Hertogenbosch, Pays-Bas) : Ce projet permet de faire le lien entre conservation et recherche. Il est unique en son genre. Il a permis de réactualiser nos connaissancee sur l’oeuvre d’Hieronymous Bosch.
  • Collection de Chronomètre de Philippe Stern (Genève, Suisse) : Philippe Stern a passé plus de 40 ans de sa vie à rassembler cette collection impressionnante de Chronomètres, aujourd’hui la plus grande du monde. Le musée Pateck Philippe a décidé de partager le fruit de ses recherches avec le public.

Source : Archdaily.com

Retours des lecteurs